À l'automne 2016, le groupe AfrotroniX faisait vibrer les planches du Centre Phi avec sa fusion d'électro, de rythmes africains et de blues touareg. À l’occasion de la série Compositions, nous accueillons à nouveau son instigateur, le guitariste montréalais d'origine tchadienne Caleb Rimbtobaye, pour une rencontre inédite avec un designer local et l'équipe créative de Phi autour d'un concept porteur: l'afrofuturisme.

Entre tradition et science-fiction
À l'intersection de la culture noire et de la technologie se dresse l'afrofuturisme. Le néologisme, créé par le journaliste culturel Mark Dery dans son essai Black to the Future paru en 1994, vient mettre un nom sur la rencontre entre une esthétique née de la science-fiction et une réinterprétation de la diaspora africaine à travers l'art sous toutes ses formes.

Le mouvement en soi existe depuis plus longtemps, des explorations expérimentales du musicien jazz Sun Ra dans le Chicago des fifties en passant par les vidéos extra-terrestres des groupes Funkadelic et Parliament de George Clinton dans les années 70. Il prend aujourd'hui son envol dans la musique de FKA Twigs, dans le court métrage Runaway de Kanye West, ou encore dans la Black Wondaland Arts Collective Society fondée par la chanteuse Janelle Monáe, dont la mission est sans équivoque: «Nous croyons que les chansons sont des vaisseaux spatiaux. Nous croyons que la musique est l'arme du futur. Nous croyons que les livres sont des étoiles.»

De Basquiat à Wakanda
L'afrofuturisme imprègne aussi la peinture de Jean-Michel Basquiat, se devine dans les œuvres d'Octavia Butler et de Colson Whitehead, gagnant du prix Pulitzer 2017 pour son roman dystopique Underground Railroad. Il mène tout droit au succès planétaire de Black Panther, premier super-héros noir de l'univers Marvel et roi du mythique pays de Wakanda où se côtoient traditions millénaires et technologie à la Guerre des étoiles.

Au-delà de l'expression esthétique et artistique, l'afrofuturisme propose enfin une narration alternative du fait noir, affranchi des clichés de l'aliénation culturelle. À l'ère de l'hyperconnectivité, l'Afrique noire voit les start-ups se multiplier à une vitesse quasi affolante, de Cape Town à Lagos, Nairobi ou Accra. Silicone Valley devient le nombril du monde et la technocratie gomme les frontières. Notre perception d'un continent africain sous-développé, affligé par la pauvreté et à la remorque de l'Occident saura-t-elle résister encore longtemps à une nouvelle génération de créateurs et de gens d'affaires? Pas si on en croit AfrotroniX...

Une vision afrofuturiste du monde

AfrotroniX se fait porte-parole d’un mouvement qui vient livrer le message des Anciens, celui qui a été oublié.

Afin d’annoncer l’afrofuturisme, AfrotroniX est une manière de se revendiquer, un moyen qui permet de se redéfinir et de se libérer d’une histoire écrite par les vainqueurs d’une bataille.

Nous ne sommes pas ce qu’ils ont écrit sur nos langues, nos perceptions, nos traditions, notre spiritualité, nos noms?

J’ai encore le sentiment d'un manque dans le paysage culturel et médiatique de la culture contemporaine afro, alors qu'elle est foisonnante.

Nous avons la chance de pouvoir expérimenter, découvrir, créer à l'infini, car nous pouvons et devons réinventer notre futur. Il y a une tendance au désarroi quand on observe la situation mondiale actuelle. Mais nous avons des milliers de choses à dire, à faire. Il faut mettre la jeune génération en confiance pour qu’elle puisse se prendre en main et garder son autonomie.

Né de la tribu sar

Le casque inspiré du dôme symbolise la renaissance des initiés ndo. Yondo est un cheminement d'épreuve pour les jeunes sars qui passent de l'âge de l'enfance à l'âge de la maturité.

Nous ne sommes pas ce qu'ils disent!

Crédits:
Concept et photographie: George Fok
Vêtements, accessoires et stylisme:Rosalie "ROZA" Lemay (COOLKOALA) / Pretend Play

À propos du Centre Phi
Le Centre Phi, c’est des salles qui se transforment au gré des activités: lancement, conférence, colloque, projection, exposition, concert, spectacle, installation interactive. C’est des studios de création et de production, avec la technologie la plus sophistiquée, mise au service des besoins artistiques. C’est un centre multifonctionnel où l’art peut s’exprimer dans tous ses états. Et c’est surtout un lieu d’échanges, d’apprentissage, de découverte, de lancement, de tournage, d’enregistrement, etc.

Ne manquez jamais un article! Abonnez-vous à notre blogue:

M’ABONNER
> À lire également...

Vous aimez l'art et la culture?

Abonnez-vous à nos publications!