Alors que le tournage de Premières vues, seul magazine culturel entièrement consacré au cinéma et à la télévision d'ici, se déroulait au Centre Phi, l'animateur Frédéric Corbet nous a partagé ses coups de cœur cinématographiques et ses incontournables, en plus de nous faire quelques révélations sur la saison en cours.

Que nous réserve cette saison de Premières vues?
Il y a six épisodes très bien remplis! Parmi les invités, on compte Mathieu Denis et Simon Lavoie qui nous parlent de leur film Ceux qui font les révolutions à moitié n'ont fait que se creuser un tombeau, Matthieu Simard de l'adaptation au cinéma de son roman Ça sent la coupe, Sarah-Maude Beauchesne de l'adaptation de Cœur de slush, et Pier-Luc Funk, porte-parole de la 35e édition des Rendez-vous du cinéma québécois, de sa carrière d'acteur.

J'ai aussi rencontré Mylène Mackay, qui campe le rôle principal dans le magnifique film Nelly, inspiré de la vie de l'écrivaine Nelly Arcan, et je me suis entretenu avec l’humoriste Adib Alkhalidey au sujet de son premier court métrage en tant que réalisateur, Va jouer dehors. Patrice Sauvé, Louis-José Houde, Sophie Cadieux, François Papineau et Benoît Pilon font également partie de notre liste d’invités.

Avez-vous fait des rencontres mémorables?
J'ai eu la chance de réaliser une grande entrevue avec la comédienne Céline Bonnier, une femme aussi honnête et généreuse qu'intéressante. J'aime pouvoir prendre le temps de discuter longuement avec mes invités, et ma rencontre avec Céline a été pour moi l’un des moments forts de la saison. Nous avons discuté d'une foule de choses, notamment de l'art de pleurer devant la caméra et du fait de vieillir à l'écran.

J'ai eu beaucoup de plaisir à jaser processus créatif avec le prolifique auteur Marc Brunet, à qui l’on doit la populaire série Like-Moi!. Il nous a dévoilé les mécanismes de son inspiration.

Trois longs métrages qu'il faut voir absolument?
Nelly par Anne Émond. C'est un film vraiment réussi qui capte à merveille l'essence du personnage. Le montage est incroyable: chaque scène est à sa place, le casse-tête est assemblé à la perfection. Dès que le film se termine, on a envie de le regarder encore.

Ceux qui font les révolutions à moitié n'ont fait que se creuser un tombeau par Mathieu Denis et Simon Lavoie. C’est une très belle surprise! Je savais qu’il durait trois heures et j’avais quelques appréhensions, mais il n'y a pas une seule minute de trop dans ce film. C'est une œuvre qui bouscule avec des scènes audacieuses, et où l’on s'amuse avec les cadrages et le format. Le récit est formidable et les quatre acteurs (Charlotte Aubin, Laurent Bélanger, Emmanuelle Lussier-Martinez et Gabrielle Tremblay) sont fabuleux. On n'a pas fini de les voir, c'est certain!

Mes nuits feront écho par Sophie Goyette. C’est une cinéaste que j'adore, je la suis depuis longtemps. J'ai vu tous ses courts! Elle vient d'ailleurs de remporter un prix à Rotterdam pour ce premier long métrage. Sophie sait créer des ambiances et possède un immense talent pour manier le son et l'image. Mes nuits feront écho explore le domaine onirique, les rêves que l’on fait éveillé et ceux que l’on réalise ou non. C'est un film magnifique et poétique.

Quelles autres belles découvertes avez-vous faites du côté de la relève?
Prank par Vincent Biron est un film très rafraîchissant dans le paysage cinématographique québécois. Je pense aussi à Vie d'ruelles, le plus récent court du scénariste et réalisateur Ara Ball qui nous avait déjà offert L'ouragan fuck you tabarnak et Le Pédophile. Ce sont deux talents à surveiller!

Qu'est-ce qui fait la magie des œuvres québécoises?
La liberté. Chaque cinéaste a son univers propre. Nos cinéastes sont en train de conquérir le monde! Ils créent des œuvres très personnelles et singulières, sans aucun compromis, qui rejoignent des milliers de spectateurs dans les festivals de cinéma les plus prestigieux de la planète. Et c'est ici qu'on retrouve les meilleurs artisans du cinéma. Les collaborateurs de Denis Villeneuve pour Arrival sont d'ailleurs en nomination aux Oscars (meilleur montage sonore pour Sylvain Bellemare, meilleur mixage pour Bernard Gariépy et meilleure direction artistique pour Patrice Vermette).

J'ajouterais que nos créateurs, peu importe leur succès, n'oublient jamais d'où ils viennent. Ils demeurent toujours accessibles. C'est ce que je préfère de mon travail: pouvoir suivre ces artistes prometteurs dès leurs débuts. Ils viennent à l’émission pour réaliser leur première entrevue. Je pourrais faire ce métier toute ma vie, car il y aura toujours de nouveaux regards, de nouveaux talents. Le Québec en déborde!

Premières vues est diffusée les mardis à 21h sur MAtv, plusieurs rediffusions sont offertes (l'émission est aussi offerte en VSD sur Illico).

Par Gabrielle Lisa Collard
Crédit photo: Nadia Davoli

À propos du Centre Phi
Le Centre Phi, c’est des salles qui se transforment au gré des activités: lancement, conférence, colloque, projection, exposition, concert, spectacle, installation interactive. C’est des studios de création et de production, avec la technologie la plus sophistiquée, mise au service des besoins artistiques. C’est un centre multifonctionnel où l’art peut s’exprimer dans tous ses états. Et c’est surtout un lieu d’échanges, d’apprentissage, de découverte, de lancement, de tournage, d’enregistrement, etc.
> À lire également...

Vous aimez l'art et la culture?

Tenez-vous informé avec notre infolettre.

J’aimerais recevoir l’infolettre du Centre Phi, qui comprend à la fois des nouvelles et des offres promotionnelles. Et je considère être pleinement avisé que je peux, à tout moment et en un seul clic, décider de ne plus la recevoir.