Difficile de parler de l'édifice qui abrite le Centre Phi, sis au 407, rue Saint-Pierre, sans parler du design ultramoderne et épuré qui distingue son intérieur. Or, avant de devenir un espace multidisciplinaire, le bâtiment patrimonial a subi de nombreuses transformations au cours de son histoire, dont voici les grandes lignes.

L’histoire du Centre Phi est en fait celle de deux immeubles adjacents à l’angle des rues Saint-Paul Ouest et Saint-Pierre, dans le Vieux-Montréal.

1861: John Ogilvy fait l’acquisition d’un terrain et y entame la construction d’un entrepôt, qui aura pour adresse le 325, rue Saint-Paul Ouest. Il utilise l’immeuble pendant une vingtaine d’années pour la vente en gros de tissu, de mercerie et de produits divers.

1862: John Pratt & Cie achète le terrain voisin pour y construire un magasin-entrepôt. Le 315, rue Saint-Paul Ouest aura plusieurs occupants au cours des deux prochaines décennies, notamment des fabricants et grossistes de chaussures, de bottes et de chapeaux.

Début des années 1880: Les deux édifices appartiennent à des entreprises œuvrant dans la fabrication et le commerce de fourrure.

1901: Un incendie majeur ravage les deux bâtiments. À la suite du sinistre, Silverman, Boulter & Company, propriétaire occupant du 325, rue Saint-Paul Ouest, achète aussi le 315 et l’agrandit. L’entreprise demeurera propriétaire des deux édifices pendant une trentaine d’années.

1934: Les destinées des deux bâtiments divergent lorsque le 315 est acheté par une autre entreprise de production de fourrure, Shapiro, Havey & Company. Quant au 325, il est mis en liquidation et demeure vacant pendant plusieurs années.

1940: Le 325, rue Saint-Paul Ouest est acheté par la Croydon Manufacturing Company, un fabricant de vêtements imperméables.

1963: La Croydon Manufacturing Company agrandit son espace de travail en achetant le 315, rue Saint-Paul Ouest, redonnant une vocation commune aux deux bâtiments.

1966: La Holland Glass Trading Company achète les deux magasins-entrepôts. L’entreprise d’importation de cristal et d’accessoires d’ameublement occupera les lieux jusqu’en 2002. Par la suite, les deux édifices seront laissés à l’abandon pendant plusieurs années.

2008: Les deux propriétés sont achetées par Phoebe Greenberg. Son objectif: construire un «bâtiment intelligent», qui répondra parfaitement à l’évolution des nouveaux médias et aux différentes visions d’artistes de tous les domaines.

Pour élaborer le programme de ce nouvel espace multidisciplinaire, elle fait appel à Annie Lebel et Stéphane Pratte d’in situ atelier d’architecture. Au départ, il faut dire que le projet présente d’importantes contraintes architecturales. Comme il s’agit d’édifices patrimoniaux, il est essentiel de restaurer l’enveloppe d’origine, mais Phoebe Greenberg souhaite que celle-ci soit performante du point de vue énergétique. Par ailleurs, l’aire de l’espace s’avère assez restreinte pour accueillir tout le programme envisagé. La structure mixte des bâtiments, faite de bois et de colonnes de fonte, présente également certains défis en ce qui concerne la transmission du son entre les studios d’enregistrement et les lieux de diffusion prévus. La solution proposée par les architectes est de créer des espaces modulables, ce qui permettra de maximiser la polyvalence du centre tout en assurant sa pérennité, étant donné que ses usages évolueront au fil du temps.

La même année, Phoebe Greenberg approche Denis Villeneuve avec l’idée de documenter de manière créative la démolition intérieure des édifices. Le cinéaste réalise ainsi Next Floor (qui raflera de nombreux prix, dont celui de meilleur court métrage à la Semaine de la Critique de Cannes).

2010-2012: Les édifices subissent d’importants travaux de restauration et de transformation. Casque de construction bien fixé sur la tête, Phoebe Greenberg se rend sur le chantier presque tous les jours, accompagnant les ingénieurs et architectes dans la création du nouvel espace. Il faut également souligner le rôle de l’architecte Stéphane Pratte, qui assure la coordination, voire la médiation, entre toutes les parties prenantes du projet, de la mécanique à l’acoustique en passant par l’ingénierie des structures et le patrimoine.

2012: Le Centre Phi ouvre ses portes le 1er juin, avec pour adresse principale le 407, rue Saint-Pierre. Conçu avec le plus grand souci de l’environnement, le bâtiment jouit d’une certification LEEDMD Or. Sur ses quatre étages, l’espace multifonctionnel comprend des salles d’exposition, des studios d’enregistrement et de montage, une salle de spectacle, un cinéma et une boutique, entre autres.

2017: Le 1er juin 2017, le Centre Phi célèbre son 5e anniversaire et affiche plus de 2000 événements au compteur.

Le Centre Phi continue de favoriser la convergence et la collaboration artistiques. Créateurs et curieux y trouvent un lieu propice aux échanges, aux expériences et aux découvertes.

Par Christiane Charbonneau
Crédit photo: George Fok

À propos de Centre Phi
Le Centre Phi, c’est des salles qui se transforment au gré des activités: lancement, conférence, colloque, projection, exposition, concert, spectacle, installation interactive. C’est des studios de création et de production, avec la technologie la plus sophistiquée, mise au service des besoins artistiques. C’est un centre multifonctionnel où l’art peut s’exprimer dans tous ses états. Et c’est surtout un lieu d’échanges, d’apprentissage, de découverte, de lancement, de tournage, d’enregistrement, etc.
> À lire également...

Vous aimez l'art et la culture?

Tenez-vous informé avec notre infolettre.

J’aimerais recevoir l’infolettre du Centre Phi, qui comprend à la fois des nouvelles et des offres promotionnelles. Et je considère être pleinement avisé que je peux, à tout moment et en un seul clic, décider de ne plus la recevoir.