La septième édition du festival international MyFrenchFilmFestival offre cette année une programmation incluant trois films québécois: un long métrage, Les démons de Philippe Lesage, et deux courts métrages, Une formalité de Pierre-Marc Drouin et Simon Lamarre-Ledoux ainsi que Viaduc de Patrice Laliberté. Nous les avons tous rencontrés au Centre Phi pour qu’ils nous en révèlent davantage sur leur film et leur processus créatif.

MyFrenchFilmFestival présente des films de langue française, mais ce n’est pas qu’un simple effet de style si son nom est en anglais. En effet, ce festival a pour objectif de faire rayonner le cinéma francophone à l’international à travers une programmation de films s’étant fait remarquer durant la dernière année, tout en créant une occasion pour les cinéphiles de partager leur passion. Les dix longs métrages et dix courts métrages sélectionnés sont diffusés en partie en salle, mais également en ligne.

Les démons, de Philippe Lesage
À première vue, il n’y a rien d’angoissant dans les couloirs d’une école ou dans les rues d’une banlieue, mais dans les yeux du jeune Félix une étrange inquiétude plane au-dessus de cette apparente familiarité. Avec un style maîtrisé et un scénario aux avenues inattendues, Les démons s’interroge sur le regard parfois simpliste que l’on porte sur l’enfance. Le film surprend autant par sa sensibilité que par son humour alors qu'il aborde la découverte de la sexualité, la cruauté et l’empathie. Les démons a voyagé dans une soixantaine de festivals à travers le monde. Il a gagné de nombreux prix, dont deux de l’AQCC pour le meilleur film québécois et pour le meilleur film de la compétition internationale, en 2015, ainsi que le Golden Gate Award au Festival international du film de San Francisco.

Une formalité, de Pierre-Marc Drouin et Simon Lamarre-Ledoux
Pour Rémy, tueur à gages, ce n'est effectivement qu'une simple formalité: il doit éliminer Fernand qui a fait un faux pas en révélant des informations compromettantes. Mais un débat d’apparence futile va bouleverser ses plans. Une formalité allie adroitement drame et comédie dans un cocktail tarantinesque. Le court métrage a été sélectionné en 2016 par Téléfilm Canada dans le cadre du programme Talent tout court présenté à Cannes. Depuis, il a voyagé au Canada, aux États-Unis, en France, au Royaume-Uni et en Russie.

Viaduc, de Patrice Laliberté
On retrouve Mathieu en pleine nuit alors qu’il s’éclipse de chez ses parents pour aller réaliser un graffiti. Le lendemain, il retrouve ses amis au parc pour faire du skate, et peut-être aussi pour échapper au noyau familial à la fois réconfortant et étouffant. La tension minutieusement travaillée prend un sens personnel et touchant à mesure que le drame entourant Mathieu et ses parents nous est révélé. Viaduc a gagné en 2015 le prix du meilleur court métrage canadien au Festival international du film de Toronto et a été sélectionné dans plusieurs autres festivals.

Texte par Aude Renaud-Lorain

À propos de Centre Phi
Le Centre Phi, c’est des salles qui se transforment au gré des activités: lancement, conférence, colloque, projection, exposition, concert, spectacle, installation interactive. C’est des studios de création et de production, avec la technologie la plus sophistiquée, mise au service des besoins artistiques. C’est un centre multifonctionnel où l’art peut s’exprimer dans tous ses états. Et c’est surtout un lieu d’échanges, d’apprentissage, de découverte, de lancement, de tournage, d’enregistrement, etc.
> À lire également...

Vous aimez l'art et la culture?

Tenez-vous informé avec notre infolettre.

J’aimerais recevoir l’infolettre du Centre Phi, qui comprend à la fois des nouvelles et des offres promotionnelles. Et je considère être pleinement avisé que je peux, à tout moment et en un seul clic, décider de ne plus la recevoir.