Crédit photo: Ashley Connor (Angel Olsen)

L'équipe du Centre Phi vous partage ses plus récentes découvertes, sa sélection de concerts immanquables ainsi qu'un échantillon de chansons en écoute sur repeat. Talents locaux, artistes internationaux de passage dans la métropole et autres incontournables à vous mettre sous la dent.

Les albums: renouvellement triptyque

Summer 08, de Metronomy
Audacieux et accompli, ce nouvel album signé Metronomy est en quelque sorte une ode nostalgique à la belle saison. Pop léchée, lignes de basses rythmées, on reconnaît bien le son de la formation britannique, avec de surcroît quelques sonorités empruntées tantôt au disco, tantôt au funk. Joseph Mount et sa bande renchérissent donc avec justesse, suggérant une équation savamment exécutée combinant une dose bien jaugée de spleen, une pointe d'humour et un soupçon d'excentricité.

IV, de BADBADNOTGOOD
Simplement intitulé IV, le quatrième album de la formation maître du jazz expérimental rassemble une série de jams joliment aboutis. Deux années après la parution d'un album collaboratif avec le légendaire rappeur new-yorkais Ghostface Killah, les attentes étaient élevées et les quatre musiciens natifs de la ville reine devaient se réinventer. Pari réussi, BADBADNOTGOOD déploie son arsenal avec un amalgame de morceaux puisant leur inspiration dans différents genres et décennies. Le tout bonifié par plusieurs invités de marque (Sam Herring, Colin Stetson, Kaytranada) qui ajoutent du punch au côté parfois trop homogène du collectif.

Oddments of the Gamble, de Nonkeen
Nonkeen, c'est d'abord le projet de Nils Frahm, pianiste virtuose de l'écurie Erased Tapes Records, et de ses deux amis d'enfance, Frederic Gmeiner et Sebastian Singwald. Le trio berlinois nous entraîne en haute altitude avec ce second opus, six mois seulement après la sortie d'un premier album émérite. Entièrement instrumental, Oddments of the Gamble plonge son auditeur dans un état quasi méditatif, à travers multiples bourdonnements, flottements et ondulations mathématiques.

Les sorties: circuit hors Montréal

Ce mois-ci, on vous propose de sortir de la ville pour vous perdre en forêt. La Grosse Lanterne, qui en est à sa troisième année d'existence, a tout pour séduire les amateurs de musique. Imaginé par Bonsound Concerts, le concept conjugue plein air, bonne musique et feux de camp, le tout en harmonie avec la faune et la flore de Béthanie, en Montérégie. Les têtes d'affiche? Dead Obies (qui faisaient paraître un nouveau vidéoclip la semaine dernière, à visionner plus bas), Klô Pelgag, Chocolat, Organ Mood, Safia Nolin, Lisa Leblanc, sans compter plusieurs autres favoris de la scène locale. Les 12 et 13 août.

Autre festival loin des klaxons et du brouhaha de la métropole, Artefact se déroule pour sa part au bord de l'eau, à Salaberry-De-Valleyfield, du 25 au 27 août. L'occasion de danser au son de Radio RadioBeat Sexü et Laurence Nerbonne, notamment. En voiture!

En bonus, pour les mélomanes résolument urbains: le Artbeat Montreal All-Stars, un événement rassemblant la crème des beatmakers montréalais. Au programme? Écoute d'exclusivités, nouveautés et collaborations entre les plus grands influenceurs de la province. Y seront entre autres présents Knlo, Shash'U, High Klassified, J.u.D et Wasiu.

Les chansons: nouvelles recrues, retours prometteurs

“Um, do I need to give more attitude, or...?”, demande Angel Olsen au caméraman à la fin de la vidéo de Shut Up Kiss Me. Rafraîchissante à souhait, cette nouvelle pièce pondue par la talentueuse chanteuse et guitariste laisse présager le meilleur pour l'attendu MY WOMAN, quatrième disque qui devrait se retrouver sur les tablettes début septembre.

Ensuite, impossible de passer à côté de Safe and Sound, extrait paru il y a quelques semaines du côté du duo électronique Justice. Rappelant un tantinet les débuts glorieux des deux Français et leur album , cette première chanson en cinq ans transporte dans une odyssée psychédélique.

Encensé par Pitchfork et The Guardian, le premier album de Whitney conquiert autant qu'il captive. La formation, comptant dans ses rangs Julien Ehrlich d'Unknown Mortal Orchestra et Max Kakacek de Smith Westerns, nous apprivoise tranquillement avec une pop americana planante. En écoute: No Woman, morceau d'ouverture de l'album.

Et puis, il y a cette jeune montréalaise qui surprend avec une maturité désarmante, Charlotte Cardin. Faufile, tiré de son EP bilingue Big Boy, donne un bel aperçu de ce que l'auteure-compositrice-interprète pourrait livrer dans le cadre d'un album complet, pour lequel les attentes sont titanesques.

À propos de Laurianne Désormiers
Laurianne c’est le bébé de l’équipe, mais c’est aussi celle qui œuvre au sein du Centre Phi depuis son ouverture, en 2012. Elle se dit grande, ultracurieuse et un peu baveuse (mais pas méchante); ses collègues acquiescent et ajoutent qu’elle est surtout la jeune branchée de l’équipe (un titre qu’elle assume plus ou moins), sévèrement atteinte du syndrome FOMO et dotée d’un redoutable esprit critique. Elle est adepte de culture musicale alternative (elle a animé une émission à CISM pendant plusieurs années), de films indépendants, et, par-dessus tout, d'art, celui qui a la capacité d'émouvoir, d'éduquer et de permettre une ouverture sur le monde. Gestionnaire de contenus, Laurianne met sa formation en communication marketing au service de la culture et aime contribuer au rayonnement des artistes, à Montréal et ailleurs.

Ne manquez jamais un article! Abonnez-vous à notre blogue:

M’ABONNER
> À lire également...

Vous aimez l'art et la culture?

Abonnez-vous à nos publications!