Mot de l'artiste

Une force obscure a pris possession de Washington (fausse façade des grandes entreprises américaines), dont les efforts ne visent qu’à détruire la logique, à confondre, à désorienter et à exténuer ceux qui croient encore à la décence. Cette puissance perverse a compromis les institutions de surveillance à tel point que ses lieutenants corrompus à la Maison-Blanche et au Sénat ont maintenant la voie libre pour truquer les cartes, mettant le monde au défi de les en empêcher.

Leur machine à propagande de droite alimente les théories du complot élitiste et d’aliénation, qui ont transformé une bonne partie des États-Unis en royaume des aveugles. Et le borgne est devenu roi. De là m’est venue l’idée de renouer avec une vieille passion d’enfance… le dessin. Il ne s’agit pas d’un simple exutoire pour moi, mais aussi d’un coup de gueule public contre l’avilissement qui menace l’une des plus précieuses ressources sur Terre: la Vérité absolue.

Exprimer mon indignation par mon art dans les médias sociaux, c’est ma façon d’être solidaire aux millions de personnes qui partagent mes préoccupations et, honnêtement… une petite vengeance personnelle contre toute la cabale des pleutres de la morale qui jouent du coude pour vendre notre âme contre de l'argent, du pouvoir et bien sûr... DU PRESTIGE. Ne cherchons-nous pas tous le prestige? Oui. Absolument. Mais pour ma part, je n’ai jamais cherché le prestige aux dépens de l’humanité.

En définitive, je suis convaincu que nous sommes plus grands que l’égocentrisme et la sociopathie issus d’un capitalisme déréglementé ou de toute autre considération existentielle, et pourtant, il reste toujours un corps et un cerveau qui s’efforcent de leur mieux de jouer au jeu de la race humaine. J’ai choisi le rôle de l’alchimiste, travaillant avec les «métaux vils» de mon expérience émotionnelle pour les transformer en objets de création à offrir au monde.Je ne déteste pas les personnes que je dessine. Je déteste leur inconscience. Je les plains de penser qu’ils peuvent gagner en vendant leur âme pour un nom. J’ai envie de les secouer pour qu’ils se réveillent et comprennent à quel point on se sent bien de gagner en jouant juste.

À l’Amour,
JC

Jim Carrey, Oh Say Can't You See, 2018

Jim Carrey, Ready the Ark, 2019
Jim Carrey, Earth Needs Gardeners, 2019

Jim Carrey, Beware the Gorgon, 2018
Jim Carrey, Christianity Trump Style, 2018
À propos du Centre Phi
Le Centre Phi, c’est des salles qui se transforment au gré des activités: lancement, conférence, colloque, projection, exposition, concert, spectacle, installation interactive. C’est des studios de création et de production, avec la technologie la plus sophistiquée, mise au service des besoins artistiques. C’est un centre multifonctionnel où l’art peut s’exprimer dans tous ses états. Et c’est surtout un lieu d’échanges, d’apprentissage, de découverte, de lancement, de tournage, d’enregistrement, etc.

Ne manquez jamais un article! Abonnez-vous à notre blogue:

M’ABONNER

Vous aimez l'art et la culture?

Abonnez-vous à nos publications!