L'équipe du Centre Phi vous partage ses plus récentes découvertes, sa sélection de concerts immanquables ainsi qu'un échantillon de chansons en écoute sur repeat. Talents locaux, artistes internationaux de passage dans la métropole et autres incontournables à vous mettre sous la dent.

Les albums: pas si nostalgique

Contact, par Harriet Brown
Harriet Brown est ce dont Los Angeles avait besoin pour séduire la nouvelle génération de cool kids qui n’ont que très peu côtoyé DāM-FunK ainsi que ses prédécesseurs de la scène funk. D’entrée de jeu, le personnage semble un peu décalé et difficile à catégoriser. Mais derrière cette pochette mauve aux reflets fluorescents (un hommage à Purple Rain?) se cache un personnage nous enveloppant singulièrement dans des beats romantiques nouveau genre. Au cours des derniers mois, le producteur et artiste a semblé se présenter à son public comme une énigme à résoudre, lors de ses performances avec le duo électronique Classixx. Le 21 avril, Brown nous arrivait avec son premier album complet, Contact, paru sous le label Innovative Leisure (Allah-Las, Rhye, Nosaj Thing), laissant peu à peu le mystère se dissiper. À suivre de près.

Someone Else, par CRi
On vous avait parlé de son EP Tell Her il y a un peu moins d’un an, mais on ne se lasse visiblement pas de ce surdoué de la future bass. Enchaînant depuis quelques mois des remix de Moderat, James Blake et… Charlotte Cardin (!), Christophe Dubé alias CRi réussit à imaginer de nouvelles textures synthétiques avec brio, ne cessant d’étoffer sa facture. S’alliant à Jesse Mac Cormack — collaboration improbable, mais ingénieuse —, le beatmaker nous propose Keep it Real, efficace pièce qui fait grimper les pulsations cardiaques juste comme il le faut. Pas de doute, CRi est une figure montante de l’électro locale et internationale et Someone Else confirme que le Montréalais pourrait très bien devenir le prochain Jacques Greene

Slowdive, par Slowdive
Absents de la scène musicale durant les 22 dernières années, les maîtres du shoegaze sont de retour — pour notre plus grand bonheur. Si le groupe culte des années 90 renait de ses cendres, ce n’est pas pour faire les choses à moitié: la bande nous arrive avec une version améliorée de leur matériel précédent, avec une production beaucoup plus poussée, un son qui a semble-t-il évolué dans une direction qui fait l’unanimité. Pour les adulateurs de Loveless, la nostalgie aura certainement raison de vous, dès la première écoute. Les pédales de distorsion et les guitares flirtent avec les voix de Rachel Goswell et de Neil Halstead, laissant place à une pop oubliée au tournant des années 80 juxtaposée à une dream pop à la Beach House. Le résultat n’est certes pas le même qu’à leurs jeunes débuts (Just for a Day), mais on sent que la pression des deuxième et troisième albums s’est envolée. Si Slowdive existe en 2017, c’est que la formation avait envie de se réunir, et de nous offrir un peu de magie.

Les sorties: de Brooklyn à Tokyo

La cinquième édition du Red Bull Music Academy Festival New York bat son plein, et ce depuis la fin du mois d’avril. Avec un mois complet de spectacles uniques dans des lieux aussi recherchés qu’inusités, le festival regroupe une série de performances et de conférences à travers les cinq quartiers de la ville, mettant notamment en vedette Solange, Werner Herzog et Sacred Bones Records. Bon plan pour le long week-end qui approche.

Du côté de Montréal, aucune raison de s’enfermer chez soi. Le 21 mai, on dit officiellement adieu à l’hiver avec le premier Piknic Électronik, mettant de l’avant Maus et MightyKat aux platines. Puis, le lendemain, Jacques Greene et Tiga seront de la partie pour vous faire danser!

Le 22 mai également, rendez-vous au Divan Orange pour la soirée Next Music from Tokyo, avec le meilleur de l’indie rock japonais. Au programme: les formations Hyacca, Yukueshirezutsure (Not Secured, Loose Ends), The Taupe, Bakyun the everyday et plus.

Les chansons: faire beaucoup avec peu

Le 7 avril dernier, Alejandro Ghersi faisait paraître son troisième album sous le pseudonyme de Arca, combinant habilement mélodies célestes et rythmes chaotiques. En écoute, la pièce maîtresse de l’album, Desafío.

Sur la scène locale, on fait jouer en boucle la chanson Du Moyen Âge à l’âge moyen, du quatuor rock psychédélique Corridor. Il s’agit du premier extrait de Supermercado, album qui sera sur les tablettes dès le 26 mai.

On reste dans la métropole avec l’excellente Catherine Leduc, qu’on n’avait pas vue dans le paysage musical depuis quelques années avec la parution de son album Rookie. En écoute: La fin ou le début, tirée de l’opus Un bras de distance avec le soleil, qui paraîtra le 26 mai également.

Puis, dernier coup de cœur pour Nite Jewel et son R&B nineties qui nous happe dès la première écoute du magnifique vidéoclip pour la pièce Real High, paru tout récemment sur l’album du même nom.

À propos de Laurianne Désormiers
Laurianne c’est le bébé de l’équipe, mais c’est aussi celle qui œuvre au sein du Centre Phi depuis son ouverture, en 2012. Elle se dit grande, ultracurieuse et un peu baveuse (mais pas méchante); ses collègues acquiescent et ajoutent qu’elle est surtout la jeune branchée de l’équipe (un titre qu’elle assume plus ou moins), sévèrement atteinte du syndrome FOMO et dotée d’un redoutable esprit critique. Elle est adepte de culture musicale alternative (elle a animé une émission à CISM pendant plusieurs années), de films indépendants, et, par-dessus tout, d'art, celui qui a la capacité d'émouvoir, d'éduquer et de permettre une ouverture sur le monde. Gestionnaire de contenus, Laurianne met sa formation en communication marketing au service de la culture et aime contribuer au rayonnement des artistes, à Montréal et ailleurs.
> À lire également...

Vous aimez l'art et la culture?

Tenez-vous informé avec notre infolettre.

J’aimerais recevoir l’infolettre du Centre Phi, qui comprend à la fois des nouvelles et des offres promotionnelles. Et je considère être pleinement avisé que je peux, à tout moment et en un seul clic, décider de ne plus la recevoir.