Photo credit: Baillat for Red Bull Music Academy Montréal

L'équipe du Centre Phi vous partage ses plus récentes découvertes, sa sélection de concerts immanquables ainsi qu'un échantillon de chansons en écoute sur repeat. Talents locaux, artistes internationaux de passage dans la métropole et autres incontournables à vous mettre sous la dent.

Les albums: clairs-obscurs

Scavenger, par Kroy
Kroy, c’est le projet solo de Camille Poliquin, jeune Montréalaise aussi connue comme moitié de Milk & Bone. Un peu plus sombre, un peu moins léchée, la direction artistique entreprise par la musicienne sur Scavenger confère à l’album une étrangeté unique. Ainsi, cette nouvelle direction permet à l'artiste de s’affranchir de cette image plus pop qu’on associe souvent au duo Poliquin/Lafond-Beaulne. Certes, on retrouve la même voix sublime et délicate, mais on découvre des arrangements éthérés, un peu de Lykke Li, un peu de Portishhead. Chose certaine, Kroy remporte son pari avec ce premier album complet, suite logique du EP Birthday qui avait déjà très bien mis la table en 2014.

Skeleton Tree, par Nick Cave & The Bad Seeds
Lorsqu’on connaît le personnage, on sait que Nick Cave ne fait jamais dans la demi-mesure. Paru le 9 septembre dernier, le seizième album studio du grand ténébreux et de ses acolytes n’a rien d’anodin. Amplifiée par le film-événement One More Time With Feeling — présenté la veille de sa sortie et pour un soir seulement — l’œuvre est doublement ingénieuse. Si le documentaire fait office de prémisse à Skeleton Tree, il s’impose avant tout comme un passage obligé compte tenu des circonstances tragiques du deuil familial qui ont imprégné l’enregistrement de l’album. En trame de fond, on retrouve un Nick Cave qui nous livre une narration erratique, fragile et teintée de noirceur. Il va sans dire que le résultat, sur pellicule comme sur disque, donne à réfléchir et prend une importance significative dans le corpus du groupe. Poignantes, les pièces nous entraînent dans une obscurité profonde, laissant pourtant l'auditeur dans un état méditatif où le vide ravage davantage le mauvais que le bon.

We Are the Halluci Nation, par A Tribe Called Red
En 2015, la formation A Tribe Called Red était de passage dans nos studios pour enregistrer quelques pistes, dont une avec la collaboration de Yasiin Bey alias Mos Def. Quelques mois plus tard, les maîtres du powwow step nous arrivent avec une trame sonore de haut calibre à la réalisation impeccable. Dès les premiers instants, on retrouve les beats survoltés auxquels le groupe d’Ottawa nous a habitués. Mais l’élément qui donne tout son sens à l’album est indéniablement le choix des collaborateurs, loin d’avoir été sélectionnés sur un coup de dés. Par exemple, la pièce Sila est d’autant plus percutante grâce à Tanya Tagaq, qui a parfaitement épousé la démarche du trio. Reconnus comme activistes et représentants de la communauté autochtone, les membres d'ATCR continuent bien entendu d’exposer leurs fortes convictions politiques, faisant suite à leur opus coup de poing Nation II Nation. Belle réussite pour les trois artistes d’origine amérindienne qui, malgré eux, sont en train de devenir les porte-étendard d’un tout nouveau mouvement culturel.

Mention spéciale: AIM, par M.I.A.
En bonus, le plus récent album de M.I.A. — et fort probablement le dernier — qui paraissait il y a un peu moins d'un mois sur l'étiquette Interscope Records. Avec des pièces comme Borders et Go Off, la pop engagée de l'artiste prend tout son sens et s'inscrit plus que jamais dans l'actualité.

Les sorties: Montréal sens dessus dessous pour la Red Bull Music Academy

Depuis le 24 septembre, une multitude d'événements des plus intrigants se sont emparés de la ville. La Red Bull Music Academy, en plus d'avoir transformé nos espaces en quartier général destiné à accueillir ses 70 participants, s'occupe de notre agenda pour tout le mois avec des soirées pour le moins singulières. En octobre, l'académie vous fera danser au son des platines de Jacques Greene, vivre une expérience sonore aquatique au Parc olympique de Montréal avec entre autres Lorenzo Senni, puis vibrer avec le concert où le pianiste Jean-Michel Blais et le producteur CFCF se rencontreront.

Également à inscrire au calendrier, en rafale: James Blake qui présentera son plus récent album The Colour in Anything, Christine and the Queens qui se produiront au Métropolis, puis la formation chillwave Neon Indian qui sera également de passage en sol montréalais.

Les chansons: hip-hop, folk et électro-pop

Figure majeure de la scène synth-pop montréalaise, Mozart's Sister nous arrivait il y a quelques semaines avec son nouveau single Angel. Une fois de plus, Caila Thompson-Hannant nous entraîne dans un complexe univers où se côtoient couches sonores élaborées et naïveté enfantine.

Dans un tout autre registre, Victoria Lord, nouvelle venue sur la scène indépendante locale, surprend avec la pièce Sometimes. Des lignes épurées, une finesse et une certaine simplicité qui rappellent les textures d'Avec pas d'casque. Charmante découverte.

Juste après avoir raflé le prix de musique Polaris le mois dernier, Kaytranada continue sur sa lancée avec un splendide vidéoclip d'inspiration nineties pour la pièce You're the One. Accompagné de Syd tha Kyd, chanteuse de The Internet, le morceau fait son effet. Il n'y a pas à dire, le Montréalais de 24 ans a le vent dans les voiles.

Avec un premier album en douze ans, paru il y a quelques semaines, le trio hip-hop légendaire De La Soul en a ravi plus d'un. Enregistrée en collaboration avec Estelle et Pete Rock, la chanson Memory Of... fait partie des musts du disque.

About Laurianne Désormiers
She may be the baby of the team, but Laurianne has been working at the heart of the Phi Centre since the institution first opened in 2012. She describes herself as tall, ultra-curious and just a bit cheeky (but not mean). Her colleagues would agree, adding that she is also the team's young, connected and plugged-in "cool kid" (a title she more or less accepts); is afflicted with a severe case of FOMO; and equipped with a daunting critical mind. She's a fan of alternative music culture (she hosted a radio show on CISM for several years), independent film, and most of all, art–that which possesses the capacity to move and educate people while opening a window onto the world. As Content Manager, Laurianne brings her training in marketing and communications to the service of culture, through which she particularly enjoys contributing to the local and international exposure of artists.
> You might also like...

Do you love arts and culture?

Stay in the know with our newsletter.

I am interested in receiving the Phi Centre newsletter which may include news, updates and promotional offers. I understand that with just one click, I can unsubscribe at any time.