«Dans la réalité, l'immobilité n'existe pas. On ne peut l'atteindre qu'à l'intérieur de soi, momentanément.» L’artiste montréalais originaire de Hong Kong George Fok nous donne accès à cette immobilité avec l’œuvre Seeking Stillness, ou «La poursuite du temps». Un poème en trois mouvements au ton immersif, sensoriel et durable, où couleurs et sons cohabitent dans l’espace B du Centre PHI à l’occasion de l’exposition estivale Émergences et convergences.

Durant les temps du confinement, George Fok a étudié les théoriciens du Temps tels que Stephen Hawking (Une brève histoire du temps), Saint Augustin («Qu’est-ce donc que le temps?») et Carlo Rovelli, et sa théorie du temps thermique. Selon ce dernier, l'écoulement du temps serait une illusion, due à une connaissance incomplète. Avec Seeking Stillness, Fok veut créer un espace où l’on se délie du temps, dans un monde où celui-ci est constamment évoqué, où l’évolution est quasi imposée.

À une époque où les interactions sont effrénées, où la croissance technologique est exponentielle et l’hyperconnectivité omniprésente, et pendant que la nature et le temps passent, nous négligeons un apaisement nécessaire selon George Fok. «[N]ous sommes insensibles à la beauté censée être bénéfique pour nous, censée être une source de guérison.». Pour l’artiste, il est impératif que nous prenions conscience de notre relation avec la technologie et que nous en tirions avantage, plutôt que d'en subir les effets négatifs. «Éventuellement, il nous faut réfléchir à la façon dont on coexiste avec cette technologie, à la façon dont elle devient une extension de notre être.»

Notre mode de vie numérisé a créé une nouvelle forme d’angoisse. Pour contrer la négativité générée par les cycles d’information sans fin et l’économie de l’attention, Seeking Stillness fournit un espace pour la méditation contemplative et pour l’introspection, sous une forme communautaire ou solitaire. Fok souhaite que le spectateur ralentisse, qu’il oublie la notion du temps, se laissant inspirer par l’œuvre.

Selon l’idée que les galeries d’art sont les nouvelles cathédrales, la chapelle Rothko, immense salle d’art moderne de Houston, ornée de quatorze peintures murales extrêmement sombres, a grandement inspirée Seeking Stillness. Sans conteste, l’œuvre de Fok nous accueille tel un lieu sacré. Ces lieux d’où émane une force grandiose, où notre présence ne semble qu’une occurrence fortuite.

Photo: Myriam Ménard

Tout comme nous entrons dans une cathédrale, nous anticipons notre introduction dans l’Espace B du Centre PHI avec douceur, comme pour ne pas en perturber la structure. Puis, devant une immensité de sons et de lumières, nous devenons témoins de notre propre vulnérabilité. Avec ses projections aux fluctuations organiques, George Fok nous emmène dans ces endroits connus où, paradoxalement, c’est le mouvement qui semble arrêter le temps. Devant l’oscillation d’un arbre déplacé par le vent, ou devant la fatalité des remous de l’océan. Un lieu où nous méditons instinctivement.

Un des tableaux, lui, évoque des gens très dynamiques, qui ont des relations conflictuelles les uns avec les autres, tandis que la nature poursuit son cours. Devant cette représentation d’une foule vue du ciel, où des individus s’entrechoquent sans but précis, nous songeons au modeste espace que nous occupons dans le temps, à notre propre finitude. Puis, un son de cloche nous ramène à l’instant présent, un instant où il n’y a d’autre à faire qu’être, et contempler.

Seeking Stillness exerce notre capacité d’observer. Puisque comme la nature et le temps, l’œuvre est imperturbable, ses mouvements s’écoulent, indépendants à l’attention que nous leur portons. «Je veux que les gens soient en mode passif, en mode observation, plutôt que d'être en mode action et de toucher à tout pour voir ce qui va se passer. Nous passons déjà assez de temps à courir partout et à être occupés.» Simplement, pour «poursuivre le temps», il nous faut s’arrêter et le laisser passer.

Texte: Rafael Bernardi

Seeking stillness fait partie des œuvres de l'exposition Émergences et convergences, à découvrir au Centre PHI jusqu'à l'automne.

About Centre Phi
The Phi Centre is a versatile space with venues that adapt to accommodate the event at hand: launches, conferences, seminars, screenings, exhibitions, concerts, performances, interactive installations. It has creative studios and production suites equipped with the latest technology for all artistic needs. It’s a multifunctional centre where art can express itself in its various forms. It’s a space where people can exchange, learn, discover, launch, shoot, record, and more.

Never miss a post! Subscribe to our blog:

SUBSCRIBE

Subscribe to our newsletter

* Required Fields