La relève était à l’honneur au Centre Phi du 21 au 24 septembre dernier. À l'occasion du Red Bull Music Academy Bass Camp, volet éducatif du RBMA Weekender, de jeunes producteurs, rappeurs, chanteurs et multi-instrumentistes ont eu la chance de rencontrer des légendes du milieu telles que Boi-1da et Beverly Glenn-Copeland, tous venus leur prodiguer d’éclairants conseils. Présentation de cinq artistes qui ont retenu notre attention.

Clairmont The Second

À 18 ans, le Torontois Clairmont The Second a déjà l’étoffe des grands. Même s’il se sent parfois «sous-estimé» sur une scène hip-hop aussi compétitive, le rappeur et producteur ne se décourage pas et avance à son rythme. À ce titre, son invitation au RBMA Bass Camp lui est apparue comme «une bénédiction». «Ça me prouve qu’il y a des gens qui regardent avec attention ce que je fais», estime-t-il.

Depuis la fin de l’événement, le jeune artiste semble être sur un nuage. «C’est la plus grande expérience de toute ma vie, révèle-t-il, on ne peut plus enthousiaste. J’ai gagné beaucoup de sagesse en assistant aux conférences et en interagissant avec mes pairs, ce qui m’a forcé à élever mon niveau de compétence en tant que musicien. Ça faisait longtemps que j’avais joué de la batterie, alors j’ai vraiment travaillé fort sur cet aspect. J’ai aussi poursuivi mon apprentissage du piano, en jouant différentes progressions et en apprenant de nouveaux accords.»

Un an après avoir fait tourné bien des têtes avec Quest for Milk and Honey, son troisième projet entièrement autoproduit, Clairmont poursuivra sans doute son ascension avec Lil Mont from the Ave, son tout nouvel opus. «Je vais pousser ce projet vraiment fort, car c’est mon préféré jusqu’à maintenant.»

iaamSaam

La rappeuse et multi-instrumentiste iaamSaam croit elle aussi que son passage au RBMA Bass Camp aura une portée significative, dont l’impact est déjà bien tangible: «En tant qu’artiste, nous remettons souvent en cause nos décisions et nous ne savons pas nécessairement si ce que nous faisons est la meilleure chose pour notre carrière. À titre indicatif, ce genre d’invitation me dit que je suis dans la bonne direction.»

Forte d'une démarche d'écriture très personnelle, l'Ontarienne de 22 ans a fouillé plusieurs épisodes difficiles de sa vie sur PsychEval, son premier EP qui replonge dans «les étapes de douleur» qu'elle a surmontées après la mort de sa mère. Mélancolique, sombre et parfois incisif, ce projet lancé en février dernier a peu de choses en commun avec ses deux successeurs, prévus pour le printemps et l'été 2018. «La musique est vraiment très différente. Ce sera plus enjoué et upbeat, annonce-t-elle. Mon expérience au Bass Camp a modifié ma façon de voir la production, et je compte maintenant y inclure beaucoup plus d'instrumentation live.»

Au-delà de ce changement de perception, c’est surtout le côté humain des échanges et des rencontres qui a séduit la musicienne originaire de Mississauga lors de son passage au Centre Phi. «Pouvoir s'immerger dans la musique avec un groupe d'artistes aussi exceptionnels, ça a été tout un honneur. J’ai été particulièrement marqué par les liens que j'ai créés avec tous les autres participants, tous tellement talentueux.»

Mind Bath

Esprit libre à la démarche créative foisonnante, qui rappelle la finesse et l’inventivité d’un certain James Blake, le chanteur et producteur Mind Bath «a reconnecté avec les raisons qui [le] poussent à faire de la musique» durant son passage au RBMA Bass Camp.

«Je suis très reconnaissant d’avoir pu jouer avec tous ses artistes talentueux et dépourvus d’ego. Je sais qu’il y a plein de petites choses qui peuvent changer le cours d’une existence et, par le fait même, je crois sincèrement que l’esprit et les chansons de Beverly Glenn-Copeland m’ont marqué. Il a été notre ange à tous», dit le Montréalais, à propos du mythique chanteur et musicien canadien, invité pour donner une conférence.

Sur le point de faire paraître un EP collaboratif avec Ouri, talentueuse productrice électro qui participait également au RBMA Bass Camp cette année, Mind Bath désire suivre le courant et ne pas se mettre de barrières pour ses futures créations. Lancé l’an dernier, son premier EP I Was Young est l’exemple type du projet DIY créé sans prétention. «Les versions démos étaient parmi les toutes premières que je composais, et j’ai enregistré ma voix dans ma cuisine à Brooklyn sur un Shure 58», explique-t-il, en parlant de ce micro légendaire, reconnu pour son timbre brut et chaleureux. «Durant ce temps, tout m’apparaissait comme une vibration authentique, et j’étais très inspiré par ce qui m’entoure.»

ArtSaves

Pour un artiste électro originaire de Téhéran, où les discothèques sont interdites par la loi, le RBMA Bass Camp se présente comme une occasion en or. «L’expérience a été sensationnelle et, par moments, surréelle. J’ai eu la chance de toucher à du matériel vraiment intéressant et d’apprendre énormément avec l’équipe du studio, deux choses que je n’ai jamais pu faire en Iran», explique le DJ et producteur ArtSaves, qui avait dû annuler son passage à l’édition 2016 de la Red Bull Music Academy à Montréal pour des raisons de visa.

Celui qui a appris son métier en mixant dans des fêtes privées récolte présentement le fruit de ses efforts déployés sur 10 ans. Lancé en mars 2016 sur sa page Bandcamp, son premier album SEUIL laisse entrevoir le talent d’un artiste audacieux, capable d’allier organiquement electronica et techno. «J’ai imaginé ma création de la même manière qu’une suite de scènes dans un vidéoclip. Celle-ci avait comme but d’associer la nature à l’humain et notre perception qui en découle, et parfois elle n’était qu’un amas d’images abstraites reliées à un sentiment, une émotion, explique l’artiste. Le plus gros défi a été de rester fidèle à cette vision.»

Venant tout juste de déménager à Montréal, ArtSaves essaie de s’adapter à son nouvel environnement et d’apprendre à connaitre la scène. Du nouveau matériel est à prévoir prochainement, «probablement un EP».

Pascale Project

La batteuse, chanteuse et productrice Pascale Project (alias Mathematique) roule sa bosse depuis 2008 sur la scène house montréalaise. Pour elle, le RBMA Bass Camp a été l’occasion de donner de la perspective à sa manière de créer. «C’est surtout ça que j’ai trouvé le plus inspirant», estime-t-elle, mettant tout particulièrement l’accent sur sa rencontre avec des «artistes vraiment talentueux, peu importe le genre de musique qu’ils font».

C’est justement l’interaction avec les gens qui est à la base de 7AM, son plus récent projet paru plus tôt cette année. Centré sur des «expériences personnelles de party», l’EP explore les thèmes éternels que sont l’amour et la jeunesse. L’essence même de sa création en est teintée. «Je crois que je marchais vers chez moi en revenant d’une soirée. Il devait être tôt le matin… Je me suis juste mise à penser à la soirée que je venais de passer ou bien à d’autres partys auxquels j’étais déjà allée, raconte-t-elle. Je crois que l’énergie d’un moment quelconque est toujours la meilleure façon de créer.»

Dans les prochains mois, la Montréalaise compte publier de nouvelles chansons et faire quelques spectacles. Encore et toujours, ce sont les gens autour d’elle qui la poussent à continuer: «Je me sens vraiment chanceuse d’être entourée d’amis talentueux et c’est surement ce qui me garde motivée et inspirée.»

Par Olivier Boisvert-Magnen
Photos: Maria Jose Govea / Red Bull Content Pool 

About Centre Phi
The Phi Centre is a versatile space with venues that adapt to accommodate the event at hand: launches, conferences, seminars, screenings, exhibitions, concerts, performances, interactive installations. It has creative studios and production suites equipped with the latest technology for all artistic needs. It’s a multifunctional centre where art can express itself in its various forms. It’s a space where people can exchange, learn, discover, launch, shoot, record, and more.
> You might also like...

Do you love arts and culture?

Stay in the know with our newsletter.

I am interested in receiving the Phi Centre newsletter which may include news, updates and promotional offers. I understand that with just one click, I can unsubscribe at any time.