Du 6 au 8 juin, les meilleurs courts et longs métrages francophones seront à l’honneur au Centre Phi. Nicole Gillet, déléguée générale du Festival international du film francophone de Namur, qui sera des nôtres pour toute la durée de l'événement, pique notre curiosité de cinéphile en nous dévoilant les secrets de cette programmation sous le signe de la diversité, de l’humour et de l’émotion brute.

Les courts métrages belges du FIFF

Lors d’un atelier-échange rassemblant de jeunes acteurs de la francophonie, Mylène Mackay, Catherine de Léan, Émile Schneider et Pierre-Luc Lafontaine ont été invités à choisir un court métrage belge tiré de la programmation du FIFF qui les avait tout particulièrement touchés, interpellés, bouleversés...

«Les œuvres retenues par nos commissaires invités font une grande place à l’autodérision et au surréalisme belge, indique Nicole Gillet. Deux des courts métrages explorent le relationnel avec l’enfant, en mettant en scène de très jeunes personnages principaux. Très drôle, L'ours noir de Xavier Seron et Meryl Fortunat Rossi plaira certainement au public québécois. Mais tous les films sélectionnés valent le détour, il est impossible de trancher.»

Selon la déléguée principale, la génération montante est créative et vibrante: «Il est important pour nous de la mettre au-devant de la scène et de favoriser son rayonnement international. L’objectif de cet atelier était donc de permettre aux jeunes acteurs francophones de nouer des liens avec des directeurs de casting et des agents européens.»

Le réalisateur Lucien Gabriel sera présent pour la projection de son court métrage Au château des alouettes, à l’instar d'Emanuelle Beaugrand Champagne, consultante en scénarisation.

Wallay

Signé par le réalisateur Berni Goldblat, Wallay est une histoire toute simple, mais très juste et vraie. Le jeune et rebelle Ady croit qu’il s’en va en vacances au Burkina Faso, mais son père espère plutôt que son oncle lui mettra du plomb dans la tête. Au fil des jours, l’adolescent se rend compte des facilités dont il bénéficie en France, et qu’il ferait bien d’utiliser cette chance pour aider sa famille restée en Afrique.

«Wallay a profondément touché le public à Namur, indique Nicole Gillet. J’ai moi-même eu un coup de cœur pour la relation entre Ady et sa grand-mère, qui démontre avec puissance que la complicité et les liens de sang peuvent transcender le fait de ne pas partager une même langue.»

Wallay sortira en salle au lendemain de sa projection au Centre Phi. Le coscénariste, David Bouchet, et le distributeur assisteront à la soirée.

Carré 35

Nicole Gillet en est convaincue: le documentaire Carré 35 du réalisateur Éric Caravaca ne laissera personne indemne. «C’est un récit très intime, mais qui rejoint l’universel par ses thématiques phares: l’immigration, le secret familial, la quête identitaire... En partant d’une histoire personnelle, celle de sa sœur décédée qu’il n’a jamais connue, le cinéaste déborde sur l’histoire avec un grand H. Il exprime parfaitement le poids du secret et ses nombreuses façades. Très touchant et solide.»

Jean-François Caissy, réalisateur de documentaires et jury à Namur, sera présent à la projection du film pour présenter le film.

Pour ne rien rater: le Passeport FIFF Namur donne accès aux trois événements de la série.

Photo (couverture): courtoisie de FIFF Namur
Par Julie Champagne

About Centre Phi
The Phi Centre is a versatile space with venues that adapt to accommodate the event at hand: launches, conferences, seminars, screenings, exhibitions, concerts, performances, interactive installations. It has creative studios and production suites equipped with the latest technology for all artistic needs. It’s a multifunctional centre where art can express itself in its various forms. It’s a space where people can exchange, learn, discover, launch, shoot, record, and more.

Never miss a post! Subscribe to our blog:

SUBSCRIBE
> You might also like...

Do you love arts and culture?

Subscribe to our publications!