Photo credit: Polyvinyl Records

L'équipe du Centre Phi vous partage ses plus récentes découvertes, sa sélection de concerts immanquables ainsi qu'un échantillon de chansons en écoute sur repeat. Talents locaux, artistes internationaux de passage dans la métropole et autres incontournables à vous mettre sous la dent.

Les albums: évolution des genres

Awaken, My Love!, par Childish Gambino
Se produisant sous le pseudonyme de Childish Gambino, Donald Glover est un homme aux multiples facettes: acteur, scénariste et musicien, l’artiste faisait, juste un peu avant Noël, un cadeau hâtif et pour le moins étonnant à ses admirateurs. Résolument plus funk que rap, Awaken, My Love! nous fait voyager quelque part entre La Nouvelle-Orléans et San Francisco — ce qui n’est guère déplaisant à ce temps-ci de l’année. Nous plongeant dans un univers enflammé à la production luxuriante, Glover revisite avec aise le style auquel il nous avait habitués auparavant. Rock psychédélique aux guitares criantes sorties des seventies, gospel, spoken word et afrobeat se traduisent en une proposition certes hétérogène, mais qui ne manque pas de prestance. Si son parcours reflète bon nombre d’expérimentations, son bagage musical est de plus en plus costaud et ce troisième opus est certainement son plus achevé à ce jour. Quoi de mieux qu’un éloge du passé bien exécuté pour entamer la nouvelle année?

What You Get For Being Young, par Suzanne Kraft
En 2016, le producteur et DJ Diego Herrera alias Suzanne Kraft enregistrait son plus récent album à Amsterdam. Nous présentant encore une fois un élégant paysage sonore, Kraft raffine sa signature avec brio. Avec What You Get For Being Young, on a droit à une immersion dans le monde en constante évolution de l’artiste, envoûté par la douceur des synthétiseurs et les percussions qui font penser à des pulsations. Le tempo, toujours minimaliste, passe de lent à rapide et imprègne l’esprit avec son aura réconfortante, mais jamais ennuyante. Même si certains échos de Talk From Home persistent, les récentes explorations du DJ positionnent cette œuvre comme un nouveau chapitre prometteur de la trame narrative de l’artiste.

Nelly, par Dear Criminals
C’est le 20 janvier prochain que sortira en salle le plus qu’attendu Nelly, film réalisé par Anne Émond (Nuit #1, Les êtres chers). Parallèlement au long métrage, la formation montréalaise Dear Criminals a remporté le pari de composer un minialbum de sept titres tout en délicatesse, rendant hommage au travail de la regrettée et brillante auteure québécoise qui a touché plusieurs d’entre nous par son œuvre et ses mots. Fidèle à leur style mêlant électronique épurée et textes poignants, les membres du groupe frappent fort avec des pièces comme Stay Tonight, Petite mort et Nelly, cette dernière étant accompagnée d’un somptueux vidéoclip signé Virginia Tangvald. Et, bonne nouvelle: la moitié des profits recueillis par la vente de l’album seront versés, à la mémoire de Nelly Arcand, à l’organisme Revivre et au programme La lecture en cadeau.

Les sorties: nouveautés et bêtes de beat

Avec l'hiver qui s'installe graduellement, les occasions de se réchauffer sont plus que bienvenues! Encore une fois cette année, l'Igloofest répond présent et nous promet une série de soirées qui nous feront danser dans le Vieux-Port de Montréal, froid polaire ou non. Parmi les grands noms à surveiller: Apparat, CRi, Joris Voorn, Mind Against et Robert Robert, entre autres.

Du côté de la scène montréalaise, quelques lancements d'albums attirent notre attention: d'une part, le jeune Ludovic Alarie, qui, le 31 janvier prochain, fera paraître L'appartement, duquel un premier titre est déjà disponible en ligne. Ensuite, mention toute spéciale à la formation aux sonorités kraut-funk Avec le soleil sortant de sa bouche, qui, après nous avoir épaté avec l'excellent Zubberdust!, nous en fera voir de toutes les couleurs avec son nouveau projet. À ne pas manquer le 21 janvier.

Les chansons: lumineuses trouvailles

La musique de Julie Byrne rappelle l'aspect majestueux de la nature, avec quelque chose d'infini et d'intemporel. L'auteure-compositeure-interprète faisait récemment paraître l'album Not Even Happiness, sur lequel se retrouve le bijou Follow My Voice, dont on ne peut plus se passer.

On change de registre pour découvrir le disjoncté Delicate Steve qui, tout de rose vêtu, nous arrive avec un rock abrasif d'une fraîcheur surprenante avec la pièce Cartoon Rock. Un véritable personnage.

Vient ensuite la pièce Turn Into, de la multi-instrumentiste californienne Jay Som. Un peu de My Bloody Valentine, un peu de Mac Demarco, mais une touche très personnelle pour cette artiste autodidacte que nous surveillerons assurément de près.

Et, terminons avec Dirty Projectors qui nous transportent dans leur monde surréel, l'espace d'un instant. Le vidéoclip de la chanson Little Bubble est magnifique: images à couper le souffle, atmosphère un brin onirique, tragédie douce-amère du sujet, tout y est.

Interview by Laurianne Désormiers
She may be the baby of the team, but Laurianne has been working at the heart of the Phi Centre since the institution first opened in 2012. She describes herself as tall, ultra-curious and just a bit cheeky (but not mean). Her colleagues would agree, adding that she is also the team's young, connected and plugged-in "cool kid" (a title she more or less accepts); is afflicted with a severe case of FOMO; and equipped with a daunting critical mind. She's a fan of alternative music culture (she hosted a radio show on CISM for several years), independent film, and most of all, art–that which possesses the capacity to move and educate people while opening a window onto the world. As Content Manager, Laurianne brings her training in marketing and communications to the service of culture, through which she particularly enjoys contributing to the local and international exposure of artists.
> You might also like...

Do you love arts and culture?

Stay in the know with our newsletter.

I am interested in receiving the Phi Centre newsletter which may include news, updates and promotional offers. I understand that with just one click, I can unsubscribe at any time.