Photo Credit: Land of Talk

L'équipe du Centre Phi vous partage ses plus récentes découvertes, sa sélection de concerts immanquables ainsi qu'un échantillon de chansons en écoute sur repeat. Talents locaux, artistes internationaux de passage dans la métropole et autres incontournables à vous mettre sous la dent.

Les albums: absences prolongées et retours inopinés

Life After Youth, par Land of Talk
Après une pause de sept ans qui commençait à laisser croire que la formation n’était plus, Land of Talk nous arrive avec du nouveau matériel qui fait grandement du bien. Si Elizabeth Powell a dû surmonter quelques embûches au courant des dernières années, la formation semble de retour sur pied — du moins, espérons-le. En effet, l'artiste avait momentanément laissé sa carrière musicale de côté pour retourner vers sa campagne natale afin d'aider son père malade. Cette difficile période aura cependant permis aux musiciens de méditer et d’explorer de nouvelles influences, nous plongeant sur Life After Youth dans un univers empruntant les codes du classique, de l’ambient et même de la musique tonkori japonaise, pour en arriver à un résultat pop-rock très juste et non conventionnel. Assurément l’œuvre la plus personnelle réalisée par Powell à ce jour, ce troisième album est, de fil en aiguille, devenu une sorte de thérapie pour l’artiste, résultant en une collection de pièces viscérales et sans compromis.

Sugar at the Gate, par TOPS
À une période où la scène DIY montréalaise bat légèrement de l’aile, les membres de TOPS parviennent à nous offrir un opus rafraichissant, et c'est tant mieux. Tout juste deux ans après la parution du plus que réussi Picture You Staring, la formation s’envole direction Los Angeles — un vieux fantasme de jeunesse, avoue la chanteuse Jane Penny — avec l’ambition de réaliser son album le plus audacieux à ce jour. C’est un an et quelques poussières plus tard que Sugar at the Gate voit le jour, résultat d’un long processus de cohabitation et d’écriture collective. Un peu moins pop, les pièces n’en sont pas moins accrocheuses: sur Dayglow Bimbo, on retrouve un soft rock abouti, puis sur Cutlass Cruiser, les arrangements se juxtaposent harmonieusement pour en arriver à une équation quasi parfaite. Somme toute, une agréable surprise qui renferme plusieurs possibles vers d’oreille pour la saison estivale.

Crack-Up, par Fleet Foxes
Pas de doute, Fleet Foxes a fait ses preuves: véritable emblème du folk actuel, la formation originaire de Seattle a toujours su proposer une musique envoûtante, se démarquant par des arrangements renfermant une beauté rare. Un album de Fleet Foxes, c’est du pur bonbon pour les oreilles, des premières notes jusqu’aux derniers murmures, sans pour autant tomber dans la facilité. Soit, lorsque le groupe a annoncé en mars dernier son retour imminent après une absence de cinq ans, la nouvelle n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Quelques heures après l’annonce de la sortie éventuelle de Crack-Up, les médias s’enflammaient sur la twittosphère et étaient unanimes: trop de temps s’était écoulé sans qu’on ait eu droit à de nouvelles chansons de Robin Pecknold et ses acolytes. La première pièce dévoilée, Third of May/Odaigahara, donne le ton avec la voix riche de Pecknold qu'on retrouve avec ravissement et une proposition instrumentale digne de ce nom. Le genre d’album qui vaut la peine d’être écouté d’un bout à l’autre, sans interruption.

Les sorties: la saison des festivals est amorcée!

Avec le Piknic Électronik, une des preuves les plus probantes que l’été est bien installé est sans contredit le début des Francofolies de Montréal. Depuis près d’une semaine, la place des Festivals fourmille de mélomanes amateurs de concerts et de bains de foule. Côté programmation, les organisateurs de l’événement nous ont préparé une liste qui aura de quoi nous tenir occupés jusqu’au 18 juin, date de clôture du festival. Parmi nos immanquables figurent notamment la formation Chocolat, menée par l’inimitable Jimmy Hunt, le groupe psyché-rock Fuudge ainsi que la nouvelle sensation de la pop française Fishbach.

Parmi les autres concerts à mettre à l’agenda ce mois-ci, citons la venue d’Omar Souleyman, une des grosses pointures de la musique électronique, à Montréal comme à l'international. Événement satellite de la programmation du festival Ancient Future, la soirée accueillera également les DJ Body Meta et Fadel. À ne pas manquer!

Les chansons: nouveautés et pépites d'or

Parce qu’on ne peut pas s’empêcher d’écouter leur nouvel extrait Everything Now en boucle et ce depuis la semaine dernière, la formation Arcade Fire mérite sa place ici. Nul besoin de préciser que le 28 juillet, date de sortie de leur prochain album, est encerclé en rouge sur notre calendrier.

Autre primeur d’un album à paraître sous peu, In Undertow des Torontois d’Alvvays, met l’eau à la bouche. Après leur premier album homonyme, la formation annonçait au début du mois la sortie d'Antisocialites, qu’on attend de pied ferme d'ici la fin de l'été.

Du côté de l’indie rock un peu plus accessible, mentionnons le retour de Phoenix avec l’album Ti Amo, qui arrive juste à point pour la saison estivale. En écoute sur repeat: Goodbye Soleil.

Et, quoi de mieux pour terminer cette playlist qu’un trésor oublié qui resurgissait tout récemment des années 1990? Pour ceux qui n’auraient pas vu la nouvelle passer la semaine dernière, la formation Radiohead fera paraître très prochainement un opus célébrant les 20 ans d’OK Computer, avec en bonus l’inédite I Promise déjà disponible en écoute.

About Laurianne Désormiers
She may be the baby of the team, but Laurianne has been working at the heart of the Phi Centre since the institution first opened in 2012. She describes herself as tall, ultra-curious and just a bit cheeky (but not mean). Her colleagues would agree, adding that she is also the team's young, connected and plugged-in "cool kid" (a title she more or less accepts); is afflicted with a severe case of FOMO; and equipped with a daunting critical mind. She's a fan of alternative music culture (she hosted a radio show on CISM for several years), independent film, and most of all, art–that which possesses the capacity to move and educate people while opening a window onto the world. As Content Manager, Laurianne brings her training in marketing and communications to the service of culture, through which she particularly enjoys contributing to the local and international exposure of artists.
> You might also like...

Do you love arts and culture?

Stay in the know with our newsletter.

I am interested in receiving the Phi Centre newsletter which may include news, updates and promotional offers. I understand that with just one click, I can unsubscribe at any time.