1juin4nov.2012

Exposition

Événement passé

Prolongée jusqu’au 4 novembre

Heures d’ouverture:
Lundi au vendredi: 9h à 17h
Samedi: 12h à 17h
Entrée libre

13 et +

«La folie est relative : tout dépend de qui enferme qui, et dans quelle cage.»  Ray Bradbury

Une installation artistique interactive de Jean-François Mayrand
Avec AMENTIA, le Centre Phi produit sa toute première installation interactive usant de nouveaux médias, œuvre dans laquelle la technologie joue un rôle essentiel à la matérialisation du propos artistique visé. Le créateur Jean-François Mayrand avait proposé ce projet dès 2009, présentant une approche cinétique inusitée avec la création d’une interface sophistiquée qui offrirait au spectateur une expérience à la fois immersive et participative.

Cette installation repose avant tout sur la notion d’enveloppement sensoriel, par la voie d’un dialogue gestuel avec un homme fou. Pour permettre une telle immersion, il a donc fallu concevoir un environnement où le spectateur-protagoniste pourrait agir et réagir naturellement et instinctivement — un défi colossal. Une « échelle de folie » a de plus été élaborée pour que l’installation réagisse de manière imprévisible, et les troubles mentaux ont été étudiés en profondeur.

Le metteur en scène russe Oleg Kisselev et le comédien montréalais Gaétan Nadeau ont exploré le thème de la comorbidité lors d’ateliers intensifs de jeu. On a ainsi amené le langage corporel à ses extrêmes, afin d’inciter le comédien à revoir sa propre nature psychique. Gaétan Nadeau s’est astreint à une préparation et à une formation intensives, destinées à retrouver des réactions instinctuelles.

Ce processus créatif résulte en une invitation lancée au visiteur (seul dans l’installation) pour qu’il interagisse avec cet homme qui souffre de multiples troubles mentaux, et qu’il vive cette relation dans un environnement confiné où les mouvements et sons qu’il produit vont provoquer une multitude de réactions chez le patient. Les images exceptionnelles captées par la caméra haute résolution Red One nous procurent une vision saisissante de ce patient qui vit dans un univers indéfini baigné d’une blancheur aveuglante. Mais ce monde où se confondent le réel et l’irréel bascule tôt ou tard dans les ténèbres, tandis que le patient se dissocie de nous et que sa présence menaçante se fait toujours plus inquiétante.

– Phoebe Greenberg, Commissaire-

Jean-François Mayrand se spécialise dans les domaines de la création interactive numérique, des arts appliqués et de la technologie. Jean-François a su démontrer ses talents jusqu’à Tokyo où il a travaillé chez Sony au sein d’un laboratoire de développement d’applications pour le compte de la compagnie EPOXY. Il a mis au point et dirigé des projets Web pour DHC/ART, La La La Human Steps, Autodesk, Ubisoft, Hexagram et Sony.