1août2013

Spectacle

Événement passé

Mystic Rumba Experience

Portes: 20h
Spectacle: 21h
35$
Taxes et frais inclus

Où: Espace A (1er étage)
Admission générale

 

Veuillez noter que les billets de courtoisie ne s'appliquent pas sur ce spectacle. 

Arthur H aime le grand écart. Après l’excitant tourbillon de guitares, de machines et de groove de ses albums studio et l’énergie explosive des tournées, le voici qu'il se recueille en live seul, derrière un piano. «Besoin d’une solitude partagée, d’une intimité sensuelle, d'être très proche des gens» confie Arthur H, «de me retrouver face à moi-même, sans artifice, comme exposé sous une loupe géante».

Mystic Rumba Experience permet de passer au microscope et en live une sélection de titres des dix dernières années de répertoire d’Arthur H. L’occasion de constater que ce conteur à la voix chaude et prenante, incomparable pourvoyeur d’ambiances noctambules et cinématographiques est aussi un auteur-compositeur dont les chansons, des classiques en devenir, méritent d’être découvertes et redécouvertes. Malgré un apprentissage sur le tard (vers 13-14 ans), ce fils et petit-fils de pianiste a vite compris qu’il avait cet instrument dans la peau.

À l’aube des années 1990, cet admirateur de Gainsbourg avait hérité de Tom Waits l’envie de raconter des histoires d’aujourd’hui avec les instruments d’hier. A partir de l’album Trouble-fête (1996) et surtout de Pour Madame X (2000), ce fan de Portishead a compris que son talent hybride pouvait inviter le groove des machines, l’électro et la transe à festoyer avec la chanson, la poésie rock et le psychédélisme pop. La sobriété piano-voix de Mystic Rumba Experience fait renaître les personnages de ce scénariste né la culturiste Annabelle, la dame de Shanghai, Nancy et Tarzan, Marilyn, Basquiat, Lily Dale, Les trois petits nains… dans d’autres décors. Avec une délicatesse et une retenue, transmises aussi à son chant, le pianiste cisèle de nouveaux arrangements impressionnistes pour des émotions «près de l’os».

AroarA
AroarA est un nouveau duo montréalais composé d’Andrew Whiteman (Broken Social Scene, Apostle of Hustle) et d’Ariel Engle. Ensemble, ils jouent des guitares fabriquées à base de boites de cigares (cigarebox guitars) et utilisent un sampler 404 dans lequel on retrouve des sons variés tel qu’un extrait de Mississippi John Hurt et Black Sabbath. Leur musique a une tendance minimaliste qui leur permet de transmettre de l’émotion sans grandiloquence. En bref, AroarA, ce sont des voix en duo, des mélodies de guitares qui s’entrelacent soutenues part des rythmes retentissants. AroarA ont joué en première partie avec Here We Go Magic, Omar Souleyman, The Besnard Lakes et reviennent tout juste d’une tournée avec Martha Wainwright.

arthurh.net

Fils de Jacques Higelin et de Nicole Courtois, Arthur H quitte le lycée à 16 ans et part alors trois mois naviguer aux Antilles. Ses parents l’envoient ensuite à Boston où il étudie la musique pendant un an et demi. De retour à Paris il monte quelques groupes et expérimente ses premières compositions jusqu’à une participation ratée au Festival de Bourges qui va le pousser à retravailler sa musique. C’est à la croisée d’influences musicales très diverses telles que Thelonious Monk, Tom Waits, les Sex Pistols, la chanson, le jazz, le blues ou encore le tango, qu’il se construit un univers particulier.

En 1988 il monte un spectacle avec Brad Scott, contrebassiste anglais, qui sera programmé pour trois dates dans une salle parisienne de 60 places. Le succès étant au rendez-vous, le spectacle est reprogrammé pendant un mois. C’est en 1990 que sort Arthur H, premier album éponyme, qui connaît un fort succès notamment grâce à la tournée précédente ainsi qu’à une presse élogieuse.

Se succéderont ensuite plusieurs albums qui lui valent à chaque fois un accueil tout aussi chaleureux, de Bachibouzouk à Mystic Rumba en passant par Trouble fête, Pour Madame X, Négresse blanche, Adieu tristesse, L’Homme du monde et enfin son dernier album Baba Love. Avec Baba Love, Arthur H se balade, se perd et on le suit, toujours plus loin. Il nous livre la quintessence de ce qu’il sait faire le mieux, de la poésie avec de la musique. Pas de consensus, pas de faux-semblants, pas de sentimentalisme gratuit, juste une livraison immédiate d’émotions pures. Les ingrédients : de l’amour, de l’art, de l’humour, des voyages, du sexe.

Le 10 novembre 2010, Arthur H participe au Théâtre de l’Odéon à Paris à une soirée hommage à Édouard Glissant avec une lecture de Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire. C’est au cours de cette soirée que lui vient l’idée de consacrer tout un spectacle à la lecture musicale de la poésie noire et d’en réaliser un disque «L’Or Noir» en 2012.

> Nos suggestions d’événements

Vous aimez l'art et la culture?

Abonnez-vous à nos publications!