7mai2014

Conférence

Événement passé

4e édition de la série internationale de séminaires Syncretic Transcodings. Présenté en collaboration avec Hexagram | CIAM

Séminaire: 10h à 12h30
Discussion: 14h à 17h en anglais (sans traduction)
Entrée libre

Où: Espace D (4e étage)
Admission générale

Les universitaires, les artistes ainsi que les membres de Hexagram | CIAM qui participeront à ce séminaire international se questionneront sur les forces de transformation qui se produisent aux limites de la matière, qu'elle soit physique, résiduelle, biologique ou électronique. La séance de lecture du matin aura une capacité d'accueil limitée, tandis que la table ronde de l'après-midi sera sans inscription.

Places limitées, inscription requise à l'adresse suivante: [email protected]

Crédit photo: Institut de l’artéfact, Étude 2: Téléviseurs à tube cathodique mis au rebut à Montréal (2012-)

Thierry Bardini est professeur titulaire au département de communication de l’Université de Montréal. Il y enseigne depuis 1993, après son stage post-doctoral à l’École Annenberg de l’Université de Californie du Sud (USC, Los Angeles) sous la direction de Everett M. Rogers. Il est ingénieur agronome (École Nationale Supérieure d’Agronomie de Montpellier, 1986) et docteur en sociologie (Paris X Nanterre, 1991). Depuis 2008, les travaux de Thierry Bardini tentent de réunir ses analyses sur les deux devenirs cybernétiques, informatique et biologie moléculaire, pour une étude des questions de l’ingénierie de la créature (post-humain certes, mais aussi post-animal et post-machine), des bricolages biologiques et des bioarts. Il est l’auteur de Bootstrapping: Douglas Engelbart, Coevolution and the Genesis of Personal Computing (Stanford University Press, 2000), Junkware (University of Minnesota Press, 2011) et Voyage au bout de l’espèce (en collaboration avec Dominique Lestel, Éditions Dis Voir, Paris, 2011).

HeHe: Plaçant toujours le spectateur au centre, les œuvres de HeHe traversent le vaste champ qui conduit de l’écologie à la sociologie, de la perception à l’effet chromatique, du jeu au réel. Avec humour, HeHe met en œuvre des dispositifs qui traitent avec légèreté des questions qui nous inquiètent, dans lesquelles nous sommes tous impliqués, mais contre lesquelles nous luttons avec la plus grande paresse: pollution atmosphérique, consommation d’énergie. Duo formé en 2001, les HeHe se composent d’Helen Evans et Heiko Hansen. Ensemble ils cherchent à agir par le moyen de l’art sur le contexte social, avec l’envie d’abolir les frontières entre l’art et la vie quotidienne. Pour cela, ils travaillent beaucoup sur l’amplification, l’agrandissement ou le rapetissement des phénomènes de la vie de tous les jours. Les projets de HeHe ont été exposés à la Biennale de Lyon (2009); au Centre Pompidou (2004, 2006, 2007); à l'Ars Electronica, Linz (2011, 2008); à la Cité du Design, Sainte-Etienne (2006, 2010); au Luxembourg European Capital of Culture (2007); au San Jose Museum of Art, USA (2008), au FACT, Liverpool (2013), à The Arts Catalyst, Londres (2013), au voyage à Nantes (2013). HeHe est représenté par la galerie Aeroplastics Contemporary à Bruxelles.

Krista Geneviève Lynes est professeure en communication à l'Université Concordia et chaire de recherche canadienne en études féministes des médias. Elle est aussi la directrice du Feminist Media Studio. Sa recherche examine les représentations de luttes politiques dans une optique féministe et visée sur le genre et la sexualité. Ses articles apparaissent dans Signs, Third Text, Theory & Event, et ADA, entre autres. Elle est l'auteure de Prismatic Media, Transnational Circuits: Feminism in a Globalized Present (2012).

Florian Wüst est un artiste visuel et un conservateur de films indépendant qui vit à Berlin. Il a étudié les beaux-arts à la Braunschweig School of Art et à la Willem de Kooning Academy du Piet Zwart Institute de Rotterdam. Sa pratique porte sur l’histoire de l’Allemagne d’après-guerre et sur le progrès technique. Wüst a présenté son travail à Montréal sur une base régulière au cours des quinze dernières années. Parmi ses projets de commissariat les plus récents, on peut citer: From Industry to Industrial, New Industries Festival, Hartware MedienKunstVerein, Dortmund (2014); Crude Economy, Impakt Festival Capitalism Catch-22, Utrecht (2013); La Zona, neue Gesellschaft für bildende Kunst, Berlin (en collaboration avec Sandra Bartoli, Ulrike Feser et Silvan Linden, 2012). Dans ses écrits et ses conférences, Wüst aborde fréquemment des sujets liés au cinéma et à la société. Sa plus récente publication, Relations [Verhältnisse] [Relaciones], se penche sur les films chiliens et ouest-allemands du début des années 1970 militant en faveur des changements socio-économiques.

Tim Dallett est un artiste et un consultant en espaces de production et de diffusion artistique. Il a été formé en histoire de l’art à l’Université de Toronto, en architecture à l’Université Carleton et détient une maîtrise en arts visuels et médiatiques du Nova Scotia College of Art and Design. Dallett œuvre seul ou en collaboration dans le domaine des arts médiatiques depuis 1994. Ses installations et ses performances ont été présentées dans les festivals et les centres d’artistes autogérés au Canada et en Finlande. Parallèlement à sa pratique artistique, il a travaillé comme gestionnaire de projets, directeur artistique, conservateur, auteur, directeur de publications et technicien au sein d’organismes artistiques canadiens. C’est en 2007 qu’il a fondé l’Institut de l’artéfact aux côtés d’Adam Kelly. Cette entreprise interdisciplinaire s’intéresse aux processus responsables des changements dans l’utilisation, la valeur et la signification des artéfacts. Dans son rôle de consultant indépendant, Tim Dallett guide des organismes artistiques dans la conception et la construction d’espaces de production et de diffusion.

Jussi Parikka, Ph. D., est professeur en médias et design à la Winchester School of Art de l’Université de Southampton (Royaume-Uni). Professeur adjoint en théorie de la culture numérique à l’Université de Turku, il a travaillé sur la théorie des médias, sur l’archéologie des médias et sur différents aspects de la culture numérique. Ces sujets sont traités dans des publications telles que Digital Contagions (2007), Insect Media (2010) et la dernière partie de la trilogie Media ecology, à paraître en 2015. Ses écrits sur l’archéologie des médias incluent What is Media Archaeology (2012) et l’ouvrage coédité Media Archaeology (2010). Parikka s’est également intéressé aux anomalies et aux côtés obscurs de la culture numérique, notamment dans le livre coédité The Spam Book (2009). Parikka tient aussi un blogue : Machinology (http://jussiparikka.net).

Gisèle Trudel est artiste, professeure à l’École des arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal et codirectrice de Hexagram | CIAM. Elle codirige également depuis 2008 le Grupmuv, le laboratoire de recherche-création dédié au dessin et à l’image en mouvement. Elle a cofondé la cellule de recherche artistique Ælab en 1996 avec le compositeur et ingénieur du son Stéphane Claude. Leurs projets collaboratifs portent sur les relations entre la nature et la technologie, et s’alimentent d’une écologie liant les arts, les philosophies processuelles et les sciences. Ælab se concentre sur l’alliance de deux genres d’expression, soit le documentaire et l’expérimental, réunis dans l'installation performative. Le travail a été présenté au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Asie et a été soutenu à maintes reprises par le CAC, le CALQ, le FRQSC et la fondation Daniel Langlois.

Nina Czegledy est artiste, conservatrice, enseignante et collabore à l’international à des projets alliant art, science et technologie. Son travail se nourrit des changements de paradigme en art ainsi que de la perception changeante que l’on a du corps humain et de son environnement. En plus de ses nombreuses expositions et publications, sans oublier les nombreux prix qu’elle a reçus, Czegledy a créé, dirigé et participé à de nombreux forums et festivals partout dans le monde. Quelques-uns de ses projets artistiques et de commissariat les plus récents: SPLICE, At the Intersection of Art and Medicine, Pratt Gallery, New York, UTAC, Toronto, Blackwood Gallery, Mississauga et West Vancouver Museum (2012-2013); Aura/Aurora, exposition audiovisuelle itinérante (depuis 2009); The Visual Collider, en collaboration avec Marcus Neustetter, douze lieux d’exposition sur trois continents. Nina Czegledy est attachée supérieure de recherche, KMDI (Knowledge Media Design Institute), Université de Toronto; chercheure, Hexagram, Université Concordia, Montréal; attachée supérieure de recherche, Université hongroise des beaux-arts, Budapest; directrice des projets internationaux, SCANZ, Nouvelle-Zélande; membre honoraire, Université Moholy Nagy, Budapest; membre du conseil d’établissement, Leonardo/ISAST; collaboratrice à la rédaction, Leonardo Electronic Almanac; membre du conseil d’administration, Subtle Technologies Festival, Toronto; membre du conseil d’administration, Year01, Toronto.

> Nos suggestions d’événements

Abonnez-vous à notre infolettre

* Champs obligatoires