23janv.15mars2014

Exposition

Événement passé

Exposition dans laquelle la science devient un Art

Heures d'ouverture
Lundi au vendredi: 12h à 18h
Samedi: 12h à 17h

Où: Espace C (2e étage)
Entrée libre

Peu d’organes ont une charge aussi forte que le cœur humain. Vu à la fois comme siège de l’identité humaine et symbole archétypal de l’amour, il s’est vu attribuer des propriétés et des associations allant bien au-delà de ses fonctions anatomiques. Depuis la première greffe de cœur en 1967, les aspects techniques de l’opération ont été rationalisés et la greffe cardiaque est maintenant une thérapie reconnue pour l’insuffisance cardiaque terminale.

Bien que des recherches importantes aient été menées sur la greffe à partir du modèle biomédical, peu de chercheurs ont relié, de manière explicite, les expériences et points de vue culturels qu’ont les receveurs d’organes sur la greffe en termes d’incarnation. Et, jusqu’à tout récemment, on avait guère enquêté sur les états émotionnels ou psychologiques des receveurs après l’opération.

En 2010, les scientifiques Heather Ross, Susan Abbey, Enza De Luca, Oliver E. Mauthner, Patricia McKeever, Magrit Shildrick et Jennifer Poole ont publié un essai révolutionnaire et controversé intitulé What they say versus what we see: ‘hidden’ distress and impaired quality of life in heart transplant recipients dans le Journal of Heart and Lung Transplantation. Cette équipe de recherche transdisciplinaire, le PITH (Process of Incorporating a Transplanted Heart), a été le fer de lance d’une investigation sur les effets émotionnels et psychologiques, peu étudiés, de la greffe cardiaque.

Visant à faire connaître au public cette situation, l’équipe a invité quatre artistes – Ingrid Bachmann, Andrew Carnie, Catherine Richards et Alexa Wright – à puiser dans les données de recherche du PITH dans le but de créer de nouvelles œuvres explorant divers aspects de ce phénomène complexe : intercorporéité, communauté, mythologie et symbolisme entourant le cœur.

Dans le projet qui en résulte, Corps hybrides, les expériences et points de vue des receveurs d’organes sur la greffe sont examinés et mis en lien avec des notions d’incarnation, d’identité et d’affinité.

Réalisées dans divers médiums, ces œuvres seront présentées pour la première fois publiquement dans Corps hybrides, ce qui offrira, espérons-nous, un point de départ tangible à la discussion.

Artistes:
Ingrid Bachmann
Andrew Carnie
Catherine Richards
Alexa Wright

Chercheurs:
Dr. Heather Ross
Dr. Margrit Shildrick
Patricia McKeever
Susan Abbey
Jennifer M. Poole

Vous aimez l'art et la culture?

Tenez-vous informé avec notre infolettre.

J’aimerais recevoir l’infolettre du Centre Phi, qui comprend à la fois des nouvelles et des offres promotionnelles. Et je considère être pleinement avisé que je peux, à tout moment et en un seul clic, décider de ne plus la recevoir.